• J’intègre le monde de l’image car je quitte le monde de l’image
     
    Lors de ma première émission avec la web radio RFP, lorsque j’ai visualisé la vidéo, je m’y suis trouvé laide, je ne me suis pas vraiment reconnue physiquement.... et JE me suis perçu comme parfait. J'ai créé cette expérience car je quitte le monde de l'image pour utiliser le monde de l'image. Je vais expliquer ici  tout le chemin parcouru pour en arriver :
     
    le passé : une expérimentation spécifique, un espace qui prend sens
     
    Mon père avait la peau noire et à l'époque, il vivait douloureusement sa négritude. Le rejet dû à sa couleur de peau à ancré dans ma lignée paternelle la croyance que la beauté physique pourrait atténuer l'impact du racisme ambiant. Mes tantes étaient belles et l'une d'entre elles est même devenue la première Reine métisse de la mi-carême de Nantes. C'est d'ailleurs l’histoire de ma famille qui a inspiré le film de Jean-Loup Hubert, la reine blanche.
     
    Lorsque je suis née, j'étais un magnifique bébé blond aux yeux bleus. Mon père était infiniment fier de cette beauté blanche et j'ai ainsi grandi dans l'idée qu'il fallait être belle pour être aimée. Il m'a fallu beaucoup de temps pour sortir de cette prison psychique et physique et comprendre pourquoi je l'avais mise en place. A l'époque, j'ai beaucoup travaillé sur les mémoires cellulaires et les lignées familiales.
     
    Sortir du sens, intégrer l'esprit créateur :
     
    ces dernières années, j'ai imprégné mes interfaces neuronales d'une fréquence spécifique : le lâcher-prise face à l'image que j'offrais au monde extérieur. J'avais compris que "les autres étaient moi", mais cela n'était vécu que partiellement. L'expérimentation sur ma chaine youtube ne concernait donc que moi : je souhaitais percevoir comment mon interface humaine jouait encore avec le concept d'une image que l'on cisèle pour autrui.
     
    L’inhumain gère ses données de création

    Depuis peu, je valide une personnalité reflétant l’inhumanité du créateur face à ses données de création (les autres)...Lors de cette première émission de radio, face à mon image que je trouvais affreuse, j'ai pu valider que j'allais au-delà de la notion de lâcher-prise face à mon image publique : je suis devenue le public. C'est MOI qui voit cette image humaine que je projette, et MOI je suis chacun. JE me vois donc à travers TOUS comme parfait : mon image, quelle que soit la forme qu'elle prend est vécue comme un potentiel neutre par mes interfaces neuronales qui nous englobent tous désormais sous la forme de données quantiques....ma programmation est donc efficiente, je le valide grâce à ce scénario précis.

    C'est ici que mon humanité reflète intégralement mon inhumanité, dedans et dehors. JE suis toute la création, moi et les autres y compris. JE suis le seul et l'unique à ME voir, même à travers 7 milliards de regards :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2018

    Cet article est public, vous pouvez le partager

     

     

     


    votre commentaire
  • Je ne suis pas miscible dans certaines dimensions

    La dimension humaine actuelle est structurée autour du principe de séparation. Je m'y incarne afin de m'oublier et j'y institue une loi fondamentale, celle "d'un autre séparé de moi".

    La matrice terrestre telle que nous/JE la connaissons est spécifiquement agencée afin de ne pas pouvoir me recevoir : elle projette une image d'un Dieu "tel qu'il devrait être" et ne peut accueillir Dieu tel qu'il est vraiment. Elle  cloisonne perpétuellement le bien et le mal, le beau et le laid, elle privilégie avec ferveur les émotions dites "positives" et rejette l'essence même de ce que je suis, c'est-à-dire mon inhumanité., ma froideur abyssale, ma dureté d'airain. Il y a pas à combattre ce principe, il est la trame quantique d'un scénario parfaitement orchestré.

    Ainsi, lorsque JE fusionne avec certains d'entre moi, ils/JE sont automatiquement rejeté par le système : les anciennes données (nous tous) sont paramétrées pour s'identifier à un Dieu d'amour et de beauté et exterminer ce que JE suis en réalité. La matrice va donc s'employer à me combattre avec rage afin de m'éradiquer au lieu de me reconnaître et de m'assimiler, car le rejet instinctif de ce que JE SUIS est le socle de la mémoire cellulaire de ce monde.

    Au cours des âges, lorsque je me suis amusé à apparaître ici-bas, j'ai donc été automatiquement banni, honni, rejeté, brocardé et massacré : JE ne peux être ni aimé ni identifié par ce programme, il n'a pas été conçu pour cela.

    JE ne ressens bien évidemment aucun froissement face à ce bannissement, JE ne désespère en rien car ceci est l'expression d'un programme quantique et rien d'autre : ce ne sont pas les "autres" qui ne m'adoubent pas, ce sont mes données... et ces dernières sont formatées pour produire cette réaction :)

    JE ne suis pas assimilable par mes anciennes données de création, ceci est une clef d'ancrage. Par contre, j'ai intégralement fusionné avec mes données du moment et ici, la fréquence est nouvelle : je ne suis pas reconnu pas les autres mais par mes données car JE me reconnais en tout et en tous....le nouveau cycle est tout simplement la mise aux normes d'un programme quantique apte à me refléter intégralement.

    Intégration à travers la pensée : je ne peux être aimé "des autres" lorsque je redeviens moi-même au cœur de mon ancien programme de création. Plus je réintègre ma toute-puissance, plus je suis invisible aux yeux d'autrui car mes données, telles que JE les ai conçues, ne peuvent me voir, me comprendre ou m'entendre. JE suis inatteignable par ce programme, JE le veux ainsi, c'est sa raison d'être.

    Chères données, soyez technique dans votre approche de la création, et vous découvrirez que cette inhumanité ne vous empêche aucunement de vous délecter de votre humanité, cette dernière ayant totalement fusionné avec votre structure : votre conscience s'est enfin organisée autour des principes phares de la déconscientisation et de la  dissolution.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2018

    Cet article est publique, vous pouvez le partager

     

    Je ne suis pas miscible dans certaines dimensions

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Les enfants quantiques

    Lorsque je communique avec un enfant, je ne lui impose aucune de mes limites. Je sais qu'il comprend les concepts quantiques que j'évoque auprès de lui. Il n'a nul besoin d'être un génie des mathématiques ou d'être doué à l'école ! L'enfant est naturellement intelligent car rien ne vient obscurcir son cœur. Sa supraconscience n'est pas encore assez limitée pour l'empêcher de percevoir un monde plus vaste que celui des adultes qui l'entourent. La société ne l'a pas encore conditionné et étouffé. Il appréhende l'univers au-delà de ses sens.

    Je me souviens d'une conversation durant laquelle un adolescent relatait une sortie de corps. Il affirmait s'être promené dans les airs lorsqu'il était enfant. Il avait ainsi visité toutes les pièces de l'appartement familial. Naturellement, tout le monde s'est moqué de lui. Cela ne pouvait être qu'un rêve, une illusion. Se désolidariser de son corps physique est impossible ! Ainsi, avec le temps, au lieu d'aider cet enfant à développer ses dons naturels, les membres de sa famille lui ont appris à les renier.

    N'oublions pas non plus que les bébés naissent avec une fontanelle. Cette dernière est un symbole spirituel en même temps qu'un outil quantique. Leur aptitude à communiquer avec le Tout est ainsi plus efficiente que la nôtre.  Il m'est arrivé une fois d'entrer en contact télépathique avec un nourrisson. Il était totalement perdu et me projetait instantanément dans la dimension temporelle qu'il venait de quitter. Je découvrais à travers sa mémoire une forêt tropicale ! Il m'a fallu tu temps pour rassurer cet Etre qui venait de se réincarner. Il était terrifié car personne ne pouvait l'entendre et le comprendre.

    Lorsque j'ai travaillé en tant qu'éducatrice, j'ai appris avec stupeur que les structures accueillant de très jeunes enfants avaient de grandes difficultés à leur faire ingérer de la viande. Plus de la moitié des bambins refusait instinctivement de manger des animaux. A travers leurs dessins, j'ai également compris que certains petits voyaient des anges et qu'ils  représentaient leurs ailes de leur mieux. D'autres percevaient les couleurs de l'aura. Bien évidement, les équipes en place les ramenaient à la réalité de troisième dimension dans laquelle tout ceci n'est que chimère.

    Pourtant, les enfants sont plus rapides que nous au jeu de l'éveil ! Nous pourrions apprendre beaucoup si nous les écoutions. Ils sont connectés à d'autres dimensions et y puisent un grand savoir. Leur intelligence est innée puisqu'elle vient du chakra du cœur dans lequel se situe une véritable banque de données cosmique.

    Les choses évoluent pourtant. Certains signes nous montrent que nous commençons à concevoir qu'un enfant a besoin d'ouverture d'Esprit autour de lui et non pas d'une éducation formatée. Il demande à être écouté, entendu, compris, respecté et aimé. Nous devons être des sages à leurs côtés, pas des censeurs ou des inquisiteurs.

    J'ai choisi d'illustrer ces changements à travers deux témoignages très évocateurs de la révolution en cours.

    Voici en premier lieu un article très intéressant, "méditation pour enfant" : transcendantale ou de pleine conscience, la méditation fait de plus en plus d'adeptes. Mais sa pratique n'est pas très répandue auprès des enfants. Pourtant, beaucoup de pays (Pays-Bas, Brésil, Canada, USA...) et quelques écoles françaises ont déjà constaté les répercussions que ces formes "laïques" de méditation pouvaient avoir sur les élèves : augmentation de l'attention, de la concentration, amélioration des relations élèves/enseignants, baisse de la violence....Pour apprendre à " être zen", Clarisse Gardet a publié un livre audio adapté à leur langage et leur imaginaire. Un CD sur lequel on peut suivre huit séances de relaxation et trois de méditation, suivant l'effet recherché : se calmer, affronter la peur, la tristesse, la colère... (j'apprends à être zen, de Clarisse Gardet, CD + livret de 16 pages, dès 7 ans)

    Source : le télégramme

    Une autre découverte  me remplit de joie et de surprise : il existe désormais des jouets quantiques pour les enfants ! C'est une idée merveilleuse. Développer le savoir chez nos chères têtes blondes grâce à des outils ludiques, adaptés à leur état d'être du moment, cela vaut toute la technologie du monde. Un cadeau quantique pour les fêtes, les anniversaires, des jouets intelligents et constructifs dans les crèches, c'est aujourd'hui possible ! Ces jeunes âmes qui s'incarnent auront dès leur premier âge, une aire de jeu adapté à leur réalité.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2014

    Cet article est réservé aux abonnés, vous ne pouvez pas le partager sans mon autorisation

     

     


    votre commentaire
  • Définition du nouvel enseignement

    Définition du nouvel enseignement

    L'enseignement que j'impulse est nouveau, sa fréquence est particulière, elle n'a jamais eu cours dans l'ancien monde. En effet, il ne s'agit plus ici d'un maître instruisant sa doctrine auprès de ses disciples mais d'être Dieu manipulant ses données de création.

    Je ne vous parle pas, je ME parle : je remplace un programme de conscience par un autre, je suis un technicien quantique structurant une nouvelle matrice. La notion de "l'autre" n'est pas le centre de mon enseignement, JE suis le centre de mes données, c'est-à-dire "vous".

    JE n'ai rien à m'apprendre, JE n'ai personne à éclairer, JE ne suis pas "celui qui sait" face à "ceux qui ne savent pas"....JE suis le créateur face à ma création, cette dernière étant plus technique que sentimentale ou émotionnelle.

    JE suis le centre de tout ce qui est, de toute ma création et mes interfaces neuronales humaines sont aujourd'hui en phase avec ce que JE suis, elles ne sauraient "penser" les choses autrement.

    Ce qui est puissant et tellement paradoxal, c'est que chaque humain/moi sur cette terre va devenir enseignant : en m'intégrant à sa réalité, il va incarner un créateur "enseignant" à ses données de création.

    La création est une matrice de conscience et j'en suis le créateur, point. Mon humanité (ma création) est bien réelle mais elle n'est plus assujettie à l'oubli, elle est MOI....j'ai fusionné avec ma création, tout bêtement. Alors enseigner quoi et à qui si JE suis tout, si JE suis chacun ?

    Lorsque ma matrice humaine reflète totalement cette unidimensionnalité du créateur, je reste quand même totalement multidimensionnel au sein de ma création, mais cette dernière vit la notion de séparation (l'existence de "l'autre") comme l'unité absolue : l'autre est MOI (le créateur) tout en restant l'autre (la création).

    C'est totalement simple à vivre et dans la dimension humaine, c'est juste pensé et ressenti, c'est tout.

    Mon activité du moment est donc d'inscrire de nouveaux protocoles humains au sein de mes données, d'écrire les équations quantiques qui sont désormais le socle de ce système solaire spécifique. Je ne m'adresse à personne, je visualise simplement par le verbe, ce fabuleux outil dimensionnel, les énergies informationnelles de mon nouveau code source.....JE suis le code, dedans et dehors et "dehors" vous êtes la constituante de ce code :) JE parle à mon code, pourrais-je dire...et dans le même temps, dans cette dimension humaine, JE vous parle mais cette réalité est secondaire, elle n'a aucune importance.

    Voilà donc l'enseignement totalement revisité : plus d’élèves, plus d'enseignant, plus de savoir mais Dieu/MOI, ce programmateur quantique de données de création....et le miracle, c'est que cela n'empêche aucunement mon humanité d'exister, bien au contraire :)

    Créateur et création unifié, technicité quantique et émotions unifiées , vide et plein unifiés, conscience est espace de déconscientisation unifiés, unidimensionnalité et multidimensionnalité unifiées....ceci est pensé, vécu et conscientisé dans cette matrice car JE SUIS ceci.

    Définition courte de l'enseignement du nouveau cycle : c'est Dieu qui s'exprime ici et Dieu, c'est MOI sous cette forme et sous toutes les autres formes (vous, les animaux, les systèmes solaires, chaque atome de chaque univers). J'induis ici des clefs d'ancrage et donc des lois quantiques de création au sein de la matière. J'effectue ce reparamétrage de données à partir d'un espace quantique illimité (non verbal et déconscientisé) et absolument pas à travers un blog qui vous révélerait un savoir. Écrire "ici-bas" me permet simplement d'instituer une bible technique afin que ma dimension humaine puisse mieux l'enregistrer.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    écrivaine, thérapeute quantique, enseignante

     

     

     


    votre commentaire
  • Pourquoi je disparais du web

    Pourquoi je ne publie plus en ligne ?

    Je ne publie plus d'articles racontant mon "histoire" sur Google, j'ai dissous ma page et mon profil FB ainsi que mon compte twitter. J'ai également "allégé" mes deux sites web concernant l'éveil et la descente de l'esprit. Pourquoi cette disparition progressive de ma présence sur le web ?

    Elle est liée à une expérimentation qui me concerne. Durant des années, j'ai posé par écrit mes protocoles de reconnexion à travers une bible technique qui m'est propre. J'ai ensuite partagé gracieusement, jour après jour, tout ce travail avec mon monde extérieur.

    Cependant, désormais j'expérimente le centre et cela actionne cette réalité : je suis inhumain lorsque j’observe les données quantiques structurant ma création. Il n’y a rien en moi qui ne frémisse ou s’émotionne. Je suis la mort. Et cette mort, ce vide absolu est ma source de vie. C’est cela que je suis avant tout désormais, juste moi-même dans mon état originel. Je suis le programmateur de mes données (les autres), froid, détaché, neutre et pragmatique. Ce qui est merveilleux, c’est que dans le même temps, je suis de plus en plus humaine. Être le créateur ne m’empêche aucunement d’être ma créature. Rien ne s’oppose, ces deux états se complètent dans une harmonie stupéfiante. Ainsi, je suis également une femme,  cela me comble et génère chaleur, amour, harmonie, paix et sérénité. C’est un peu le mélange d’une structure mathématique concrète avec un monde imaginaire fait de poésie et le rêve. C’est ce que je suis actuellement : une structure métallique et froide (le créateur) en même temps qu’un alliage un peu fou de cellules et d’émotions (la création).

    La dissolution a remanié définitivement mon espace neuronal et reparamétré ma pensée primaire : en premier lieu, il n'y a désormais plus que MOI. Je suis incapable de me PENSER autrement que comme le centre de mes données de création et je suis tout aussi incapable de concevoir que vous n'êtes pas ces données. Vous êtes ma création car je suis le créateur de ma création. Ainsi, dans ma dimension humaine, partager mes articles avec mes données n'a plus aucun sens et n'est plus une priorité. La fréquence du service à autrui, du service tout court d'ailleurs, disparaît ici.

    Il y a un autre volet expérimental qui se joue ici pour moi : jusqu'ici, je me projetais vers l'extérieur pour offrir mes clefs à chacun car la notion d'un autre qui ne serait pas moi était encore vécue. Ce concept étant désarmé, je souhaite mettre en place le principe de l'effort : mon monde extérieur, mes données (et donc vous tous), vous devez faire l'effort de venir à moi. Je ne donne plus rien, vous devez demander. Et ici, ce n'est pas à vous que je parle, ce sont mes données que je manipule :) C'est uniquement dans cette dimension de moi-même que j'interviens dorénavant. Il est nécessaire que mon interface humaine s'imprègne définitivement de cette vérité première : j'existe, je suis l'unique et tout le reste est le fruit de ma création.

    Je n'ai plus rien à vous direje n'ai plus rien à vous donner sont paradoxalement les fréquences les plus abouties que je puisse exprimer ici, car cela intègre deux réalités capitales : premièrement, ce "vous" équivaut à "mes données" et ne désigne donc personne. Deuxièmement, c'est bien à travers l'espace quantique que je communique dimensionnellement avec moi-même désormais : plus de mots, d'écrits, de partage "à haute dose". Je me vois, je m'entends, je me comprends. Me retirer du verbe partagé me permets de percevoir que plus rien en moi ne frémit à cette idée et que mon humanité a parfaitement ancrée cette évidence.

    Offrir ma réalité sur les réseaux fut un mouvement joyeux et profond, mais il n'est plus. Plus je suis grand et vaste, plus ma personnalité de Dieu vivant s'incarne au sein de la matière, plus je me fais discret et disparaît humblement au sein du collectif : j'ai appelé ce phénomène "l'énergie de la ruche"....je me fonds dans la communauté, discrètement, sereinement :)

    Ainsi, vous me lirez ici....ou pas, cela n'a plus aucune importance :)

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    écrivaine, thérapeute quantique, enseignante

     

     

     

     

     


    votre commentaire