• 2017, l'âge d'or du nouvel humain

    Mon travail d'émergence  étant terminé, je concentre désormais mes écrits sur la nouvelle CIVILISATION à venir, et cela à travers le prisme de la sociologie quantique.

    Des articles de journaux, des témoignages, des vidéos que je décrypterai au fil du temps afin de donner du sens au grand mouvements sociétaux.

    Sociologie quantique : définition

    Ne cherchez pas une définition de ce qu'est la "sociologie quantique" sur le web, il n'en existe pas. La raison en est simple, cette discipline n'existe pas encore ! Je n'ai inventorié qu'un seul ouvrage évoquant cette nouvelle réalité, il s'agit de "la raison polythéiste" de Sylvie Joubert.

    Mais tout d'abord, qu'est-ce que la sociologie classique ? Il s'agit de la science humaine qui a pour objet les phénomènes sociaux. Elle étudie les formes, les développements et les évolutions de la cohabitation des hommes, ainsi que les facteurs qui ont une influence sur cette cohabitation. La sociologie considère les comportements humains comme compréhensibles ou explicables à l'aide des relations que les individus entretiennent les uns avec les autres. Elle se caractérise par une démarche théorique élaborée, accompagnée d'un travail empirique rigoureux. Les sociologues ont construit différentes théories qui appréhendent les relations entre les humains sous différents angles.  (source : la toupie)

    La sociologie est donc affaire de conscience, elle est dimensionnelle par essence. Le problème actuel est que les essais qui nous parviennent trouvent leur source dans une dimension duelle dans laquelle la seule option est d'être "pour ou contre". L'un de mes trois enfants, qui termine son cursus universitaire en tant que sociologue, me fait part de certaines dérives intellectuelles et idéologiques : les propos de tous sont orientés, la "novlangue" devient un dictionnaire à la mode, la "religion" politique fait office de savoir, le "politiquement correct" est de mise si l'on désire s'exprimer.

    La sociologie ne nous apprend donc pas à réfléchir mais au contraire elle organise la pensée autour de vieux paradigmes décalés et mille fois rabattu. Elle sépare plutôt qu'elle ne rassemble, elle  compartimente plutôt qu'elle ne fait lien, empêchant ainsi quiconque de comprendre les grands bouleversements en cours.

    Il est donc temps d'incarner une autre vision de la société et c'est en cela que la sociologie quantique peut répondre aux véritables enjeux de notre monde.

    La sociologie quantique dispense une vision globale et unifiée de ce qui est ici mais aussi ailleurs. C'est en tant que créateur que s'exprime le sociologue. Il est totalement multidimensionnel et habite toutes ses dimensions de la même façon : il est humain, esprit et vacuité. (Je vous invite à relire les innombrables articles que j'ai écrit concernant ces sujets).

    Un sociologue quantique est fondamentalement neutre : il est le créateur unique en même temps qu'il prend forme en sept milliards d'individus. Il ne porte donc aucun jugement sur aucune action. Il est susceptible d'écrire "je" lorsqu’il parle "d'un autre", puisque ces deux réalités sont similaires. Il pose des constats sur ce qui est, il n'utilise plus le curseur de la morale pour étudier les structures sociétales mais il s'observe en tous dans un temps présent toujours renouvelé.

    Il ne donne pas sens aux événements, il génère les événements et les symbolise à travers la forme et le geste, au cœur même de l'atome. Il ne ressent aucune peur, aucun doute sur sa propre création. Il ne connaît ni la colère ni la haine, cet état d'être induisant une écriture et un verbe fréquentiel porteur d'une nouvelle énergie.

    La sociologie actuelle n'étudie pas la réalité mais les projections de chacun. Ainsi, on assiste aujourd'hui à ce que certains ont nommé "la vengeance de la réalité' : ce qui avait été occulté par les penseurs, les sociologues, les  philosophes, nous explose en pleine face. car c'est désormais en pleine conscience que nous devons observer notre existence. La conscience est l’élément clef de la sociologie quantique : elle ne renie rien, elle valide chaque élément et cela sans affect et donc dans la bienveillance la plus absolue.

    C'est cela, finalement la sociologie quantique  : une exploration bienveillante de l’humanité, un examen conscient de la vérité, une vision intelligente de notre création commune dans un espace quantique global et interactif.

    Cette nouvelle approche demande un certain apprentissage, comme tout ce qui advient en ce cycle d’émergence : comment communiquer entre nous à partir d'une perception plus vaste de la réalité ? Comment répondre aux nouvelles aspirations de paix et d'amour qui foisonnent en nous et autour de nous ? Comment comprendre cet environnement complexe dans lequel nous vivons ? Comment vivre notre espace quantique plutôt que d'en extraire des équations illisibles  ?

    Pour répondre de façon limpide à toutes ces questions, il faut avant tout savoir ce que nous sommes : nous sommes matière et énergie, corps et esprit. S'étudier sous cet angle, c'est étudier la société et vice-versa puisque alors nous sommes la société !

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    écrivaine, sociologue quantique


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires